Laboratoire

Toluène dans le sol ?

jan. 8 2018

En 2017, l’utilisation du méthanol comme agent de conservation est devenue une méthode universellement adoptée pour l’échantillonnage et l’analyse des composés organiques volatils (COV) dans les sols. Il s’en est suivi une augmentation apparente des détections de faibles niveaux de toluène au-dessus de la limite de détection. Bureau Veritas a soupçonné que la capacité du méthanol à agir comme une « éponge » pour les COV pourrait augmenter la probabilité de contamination, une étude a donc été entreprise pour vérifier cela.

Bureau Veritas a examiné les résultats d’analyse communiqués sur une période de six mois (avant et après l’introduction de l’échantillonnage du méthanol). Une fréquence accrue de détections de bas niveau a été identifiée, comme le montre la figure 1 ci-dessous. Par exemple, en Colombie-Britannique, la fréquence est passée de 0,9 % à 4,6 %. Parmi les échantillons qui comprenaient des détections de bas niveau de toluène, 75 % se situaient entre la LDR de 0,02 ug/g et 0,05 ug/g, et 90 % étaient inférieurs à 0,1 ug/g. De plus, un certain nombre de détections de bas niveau de toluène se sont produites dans des sols sableux ou rocheux sur des sites sans antécédents d’utilisation de toluène. Bien que le toluène puisse être présent naturellement, il est associé aux sols à forte teneur organique et non aux sols minéraux. Cela suggère que la contamination a été introduite lors du prélèvement ou de l’analyse des échantillons.

Figure 1 : Détections de bas niveau de toluène par site

Détections de bas niveau de toluène par site


Observations

Une enquête plus approfondie a révélé les sources potentielles suivantes :

  • La présence de toluène dépend du site ; 75 % des sites n’en ont pas eu, alors que d’autres sites étaient jusqu’à 100 % positifs pour le toluène. Cela suggère des sources dans le transport ou de terrain plutôt qu’un problème de laboratoire.
  • Les blancs de méthode associés aux échantillons positifs ne contenaient aucune trace de toluène.
  • Les blancs de transport, même s’ils ont été envoyés sporadiquement, ne contenaient aucune trace de toluène. Aucun blanc de terrain ne semble avoir été envoyé.
  • Les contenants standards fournis par Bureau Veritas et les flacons de méthanol soumis à la vérification n’ont montré aucune présence de COV.

L’étude a également inclus d’autre matériel d’échantillonnage. Une des principales conclusions a été la découverte de la présence de toluène à des concentrations élevées dans le ruban adhésif souvent utilisé pour sécuriser les glacières ou par les techniciens sur le terrain pour fixer les étiquettes. Elles varient beaucoup selon la marque et quelques exemples sont fournis dans le tableau 1 ci-dessous.

Tableau 1 : Concentrations de toluène selon les marques du ruban adhésif

MARQUE TOLUÈNE (mg/kg)
ULine S6533 2 800
ULine S3267 20
ULine S2786 35
ULine S7593 625
ULine S119 5
Tartan 369 5
Scotch 6
ULine S423 7
Cantech 257-00 3
IPG Acrylic (2008121) 0,038

De plus, la plupart des rubans analysés contenaient des traces de divers COV, mais le toluène était de loin le plus présent. Sauf dans le cas du Cantech 257-00, qui contenait 13 mg/kg d’acétone.

Des expériences contrôlées ont été menées en laboratoire sur les deux rubans contenant le plus de toluène (ULine S6533 et S7593). Ils ont été laissés à proximité de flacons de méthanol fermés hermétiquement avec des bouchons munis d’un septum pendant 5 jours. Les résultats étaient positifs allant jusqu'à 0,16 ug/g, soit 8 fois la RDL du sol de 0,02ug/g. L’effet était modéré pour les flacons à bouchons solides, mais de faibles concentrations sous la LDR ont tout de même été détectées. Les concentrations de toluène mesurées lors de cette étude sont comparables, voire supérieures aux résultats positifs à faibles concentrations obtenus pour les échantillons de clients.

Recommandations

Afin de minimiser les risques de contamination au toluène présent dans l’air, Bureau Veritas recommande :

  • utilisez un ruban adhésif à faible teneur en COV pour sceller votre glacière avant de l’envoyer au laboratoire ; les études de Bureau Veritas montrent qu’Intertape Packing Group 2008121 est le ruban contenant le moins de toluène et qu’il est aussi performant que les autres rubans ;
  • évitez d’utiliser du ruban adhésif sur le contenu qui va dans la glacière ; les études de Bureau Veritas montrent que le papier bulle et les sacs Ziploc® sont exempts de toluène ;
  • gardez les véhicules loin du site de prélèvement et ne laissez jamais les flacons à l’intérieur des véhicules ; les gaz d’échappement sont une source importante de COV ;
  • demandez régulièrement l’analyse de blancs de transport et de terrain ;
  • réduisez au minimum le temps d’ouverture des flacons sur le terrain. (Les blancs de terrain doivent rester ouverts le même laps de temps que le sont les flacons d’échantillonnage.)