Pétrole et gaz

Puits orphelins dans l’Ouest du Canada

mai. 5 2020

Selon la définition la plus générale sur Wikipédia, les puits orphelins ont été définis comme des sites de puits qui ont été définitivement mis hors production et qui n’ont aucune partie légalement ou financièrement responsable de s’occuper des obligations de démantèlement et de remise en état [1]. La quantité de ces puits augmente depuis quelques décennies consécutives dans l’Ouest canadien, ce qui suscite beaucoup d’inquiétudes et fait la une des journaux [2-5]. Ces préoccupations semblent avoir été entendues et prises en compte, puisque le gouvernement fédéral a récemment annoncé qu’il apporterait une aide financière importante [6].

Les gouvernements provinciaux de l’ouest du Canada ont également réagi en introduisant divers programmes :

Saskatchewan

Le gouvernement de la Saskatchewan a institué le Orphan Fund Procurement Program, qui est chargé d’identifier les puits orphelins de pétrole et de gaz en amont et les sites orphelins dans la province. Ce programme soutient tous les travaux relatifs à l’abandon, au démantèlement et à la remise en état des puits et des sites orphelins [7].

Au 31 mars 2020, la province a désigné 847 puits comme étant orphelins. Pour 148 de ces puits, le statut d’abandon a été spécifié comme « requis ». Pour 639 autres de ces puits, le statut de remise en état a été indiqué comme « requis ». La liste des installations orphelines de la Saskatchewan comprenait 44 objets qui étaient pour la plupart des batteries de pétrole et de gaz. Un statut d’abandon « requis » a été spécifié pour 25 d’entre eux, et une remise en état a été exigée pour 29 autres [8].

Colombie-britannique

La British Columbia Oil and Gas Commission (BCOGC) a institué le Orphan Site Reclamation Fund (OSRF) pour démanteler et remettre en état les puits et sites orphelins [9]. Selon les rapports annuels du BCOGC OSRF [10] , ainsi que d’autres publications [2-4], le nombre de puits orphelins a considérablement augmenté, passant de 45 à 346 en l’espace de 4 ans. Ces puits sont situés exclusivement à Fort St. John, Dawson Creek et Fort Nelson dans le nord-est de la Colombie-Britannique. La dernière version de cette liste a été publiée en février 2020, répertoriant 355 puits, dont seulement 21 (soit 5,9 %) ont un statut « remis en état » [11].

Alberta

L’Orphan Well Association (OWA) est la seule organisation indépendante à but non lucratif en Alberta qui fonctionne sous l’autorité légale déléguée de l’Alberta Energy Regulator (AER). Le mandat de l’OWA est de démanteler en toute sécurité les puits de pétrole et de gaz, les pipelines et les installations de production orphelins et de remettre les terres dans un état aussi proche que possible de leur état initial [12]. La liste actuelle de l’OWA comprend :

  • 2983 puits orphelins pour abandon
  • 283 installations orphelines pour le démantèlement
  • 3844 sites orphelins pour la remise en état
  • 935 sites orphelins remis en état [13]

Indépendamment de l’emplacement des puits de gaz ou de pétrole orphelins, il a été fréquemment observé que les hydrocarbures peuvent migrer depuis leurs zones de formation souterraines jusqu’à la surface du sol. Une indication évidente de l’apparition d’un tel phénomène pourrait être la disparition importante de la végétation.

Vegetation suppression due to hydrocarbon gas migration at an abandoned well site

Disparition de la végétation due à la migration des hydrocarbures sur un site d’un puits abandonné

Lorsque la concentration d’hydrocarbures migrés atteint un niveau suffisant, ils peuvent se combiner avec l’oxygène de l’atmosphère pour former un mélange inflammable et éventuellement prendre feu.

A wildfire at an abandoned well site caused by hydrocarbon gas migration
Un incendie sur un site d’un puits abandonné causé par la migration des hydrocarbures

Lorsque l’on constate que des puits orphelins fuient, il est important de trouver la source de la migration des hydrocarbures (c’est-à-dire leur profondeur). Avant l’abandon, le puits de gaz ou de pétrole concerné pouvait être en production à partir de différentes formations, situées à des profondeurs très différentes. Comprendre quelles formations contribuent réellement à la migration des hydrocarbures permettrait de définir pleinement les scénarios.

La division Pétrole et Gaz de Bureau Veritas à Edmonton (AB) utilise une technologie capable de répondre à cette question. Cette technologie est basée sur la mesure précise de la composition isotopique stable du carbone des hydrocarbures C1 à C4 présents dans un gaz migré, qui est connue pour être unique pour une formation géologique et un emplacement géographique particuliers. Le concept de « l’empreinte d’hydrocarbures » (hydrocarbon fingerprinting) a été proposé dans les années 1990 et a été démontré avec succès grâce à de nombreuses données expérimentales, recueillies dans de nombreux puits, y compris ceux situés dans l’ouest du Canada. Au cours des cinq dernières années, Bureau Veritas a fourni à l’Orphan Well Association de l’Alberta des données d’analyse, l’interprétation des résultats obtenus et des rapports d’identification des sources pour près de 400 puits testés.

Rédigé par Andrey Tsyganok